Sylvie Verdière
Psychologue Clinicienne Psychothérapeute à Bois-Guillaume
Sylvie Verdière
Psychologue Clinicienne Psychothérapeute à Bois-Guillaume

Quel est l'intérêt du génogramme dans le travail thérapeutique avec les familles?

Par Sylvie Verdière

Psychologue Clinicienne

Bois-Guillaume

"L'homme n'est pas entièrement coupable, il n'a pas commencé l'histoire. Ni tout à fait innocent puisqu'il la continue." (Albert Camus)

"Pour se guérir de l'oeuvre du temps, il faut revenir en arrière et rejoindre le commencement du monde."  (Mircea Eliade)

Qu'est-ce que le génogramme?

Le génogramme est une façon graphique de dresser l'arbre généalogique d'une famille. Il contient des informations sur les membres et leurs relations sur au moins trois générations, permettant ainsi d'obtenir une image rapide des modèles familiaux complexes. Selon Moshe Lang ("Climbing the Family Tree: working with genograms" 1980), le génogramme fournit un squelette qui peut être recouvert de la chair d'une riche saga familiale. 

A partir du génogamme, il est possible d'émettre des hypothèses sur la façon dont un problème clinique peut être relié au contexte ainsi que sur l'évolution du problème selon les circonstances.

Le génogramme a été largement développé par Murray Bowen et son école, et peut maintenant être considéré comme un outil de base en thérapie familiale. Sa représentation iconique standard comprend:

  • les noms et âges de tous les membres de la famille
  • les dates exactes des événements significatifs (naissances, décès, divorces, suicides, etc.)
  • les indications datées des activités, occupations, logements, maladies, etc.
  • des informations sur trois générations au moins

Quel est son intérêt en thérapie familiale?

Selon Mc Goldwick, "le génogramme suscite et induit une lecture trigénérationnelle du symptôme" où "individu, fonction, identité, contexte sont les points essentiels de l'analyse." Elle compare le génogramme non plus à un squelette recouvert de la chair d'une saga familiale comme M. Lang, mais à une carte de la structure familiale, fournissant un résumé clinique clair et efficace, permettant de saisir très vite une grande quantité d'informations et d'élaborer des hypothèses sur les modèles de fonctionnement, les relations, les conflits, etc. au fil du temps.

Pour Michel Odoul, "une bonne compréhension du transgénérationnel est essentielle. Elle peut aider, si nécessaire, à identifier des schémas familiaux bloquants, cause de certains vécus difficiles, et nous permettre de nous en libérer au lieu d'en demeurer les victimes." En effet, Gene Ricaud-François ("Libérez-vous de votre passé", Presses du Chatelet, 2003) pense que pour cerner la particularité de chaque famille, il faut entrer dans sa singularité et passer en revue les différents points qui constituent l'histoire d'une famille: lieu et culture d'origine, milieu social, époques traversées, personnages et leurs caractéristiques, les événements connus ou secrets qui ont jalonné le parcours de la famille, les mythes et légendes nés de ce parcours avec les injonctions familiales qu'elles induisent... Car "force est de constater que notre famille et notre histoire ont clairement sur nous une influence visible, consciente, reconnaissable, mais aussi une emprise plus inconsciente, moins  visible et plus difficile à repérer."

Effectivement, un fait étrange, repéré par Bowen, est que les histoires se répètent, les mêmes solutions sont adoptées d'une génération à l'autre, alors que le comportement actuel peut être totalement différent. Bowen appelle cela la "transmission multigénérationnelle de patterns familiaux". Son hypothèse est que les modèles relationnels des générations antérieures peuvent fournir des modèles implicites pour le fonctionnement familial de la génération suivante.

Même si l'interprétation des génogrammes ne reste qu'une hypothèse, ils permettent néanmoins:

  • d'engager la famille toute entière dans le processus thérapeutique
  • de clarifier les patterns familiaux
  • de recadrer et assainir des réponses familiales (par exemple, le génogramme peut permettre de réduire les auto-accusations et sentiments de culpabilité d'un membre)
  • de débloquer le système.

Enfin, selon G. Ricaud-Fançois, c'est très souvent en parlant des autres que l'on parle le mieux de soi. Certains, réticents, s'autoriseront à parler d'eux-mêmes en s'appuyant sur les événements vécus par les différents membres de la famille. Cependant, le rappel de certains événements peut également déclencher des mouvements émotionnels intenses, voire de farouches résistances (tabous, non-dits...) Plus le système familial est confronté à une pathologie lourde, plus il est difficile d'évoquer la dimension transgénérationnelle sans entraîner de farouches résistances.

Ainsi, examiner le contexte familial actuel permet d'établir les liens existant entre les participants immédiats dans le drame familial et ceux existant dans le système plus large, et donc d'évaluer les ressources et les faiblesses en rapport. Mais le recadrage des comportements actuels dans la perspective d'une évolution de patterns familiaux suppose l'appréciation nuancée des fragilités des membres et de la famille.

Conclusion

En tant qu'outil dynamique pouvant servir de base à tout commencement de thérapie, le génogramme nous montre que nous vivons tous le passé dans le présent et qu'une meilleure connaissance de ce passé peut soit nous aider à nous en libérer, soit à mieux préparer notre futur.

Passé dans le présent et/ou futur libéré du passé, telle est la spirale mouvante dans laquelle nous entraînent nos vies singulières.

Sylvie Verdière

Psychologue Clinicienne Psychothérapeute

à Bois-Guillaume

07 86 47 35 69


Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été créé grâce à Psychologue.fr

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.