AVERTISSEMENT

En raison du nombre très important de demandes de consultations et n'étant pas en mesure de toutes les satisfaire, je restreindrai mon activité aux thérapies individuelles pour adultes (et jeunes adultes à partir de 18 ans) à partir de janvier 2020

Sylvie Verdière
Psychologue Clinicienne Psychothérapeute à Bois-Guillaume

Enfants et Adolescents

Enfants

Le travail avec les enfants se fait en étroite collaboration avec les parents. Les ressentis de ces derniers ainsi que leur propre histoire individuelle durant leur enfance sont importants pour comprendre ce qui peut se jouer au sein de la famille, et leurs nouvelles interactions avec l’enfant au fil des séances seront autant d’informations essentielles.

Idéalement, c’est ensemble que les parents accompagnent leur enfant la première fois, et si le papa ou la maman ne peut se déplacer, il ou elle est invité(e) à venir dès que possible ; c’est en ce sens que mes horaires sont très flexibles, pouvant recevoir les familles le samedi matin ou assez tard le soir, après le travail.

Lors de la première séance, les parents expliquent pourquoi ils désirent que leur enfant consulte. L’enfant est invité à s’exprimer à tout moment durant cette partie de la séance, puis à rester avec moi, sans ses parents, une dizaine de minutes avant la fin, si et seulement s’il est d’accord, afin que nous puissions établir le contact en tête à tête. Je lui explique également comment vont se dérouler les prochaines séances.

Là encore, si et seulement si l’enfant est d’accord, les séances qui suivent se déroulent avec l’enfant uniquement et le point est fait avec les parents en la présence de l’enfant toutes les 5-6 séances environ. Si l’enfant ne désire pas être présent lors du point fait avec ses parents (c’est parfois le cas), son souhait est respecté. Parfois également, les parents ont besoin d’entendre mes ressentis quant à leur façon d’être en relation avec leur enfant, et quant à leur mode d’éducation sans la présence de l’enfant.

Selon l’âge de l’enfant et sa facilité à s’exprimer (certains enfants sont très volubiles, d’autres pas du tout), les séances vont s’articuler autour de la parole, mais surtout de jeux, dessins, utilisation de figurines (Sand Play), de lectures, relaxation/visualisation… L’utilisation d’autres supports que la parole faisant appel à l’inconscient de l’enfant va lui permettre d’exprimer ce qu’il ne veut/ose/peut pas dire verbalement.

La méthode du sand-play

À propos de la méthode du sand-play ou thérapie du jeu de sable

La méthode du sand-play a été développée à partir de la thérapie par le jeu du Dr. Margaret Lowenfeld, en Angleterre, en 1935. Dans les années 50, Dora Kalff, collègue du psychanalyste Carl Jung, a élargi cette méthode en explorant le travail avec les symboles, s’inspirant de la conception de l’inconscient de C. Jung. Selon elle, le symbole joue donc un rôle important dans la thérapie du sand-play. Elle utilise un bac de sable dont les dimensions (57 x 72 x 7 cm) limitent l’imagination de l’enfant et ainsi agit comme un facteur régulateur et protecteur. De nombreuses figurines de tous genres sont fournies. L’enfant choisit celles qu’il désire et les dispose à sa guise dans le sable. Les figurines peuvent créer une ambiance, exprimer des émotions ou une relation entre les personnages. Aux figurines viennent s’ajouter de nombreux objets, figuratifs ou non, importants dans le monde de l’enfant. Le sand-play apporte, dans une forme concrète, une vision immédiate de la nature et de la profondeur des conflits inconscients dont souffre l’enfant qui joue et construit des scènes ; un problème inconscient est « joué » dans le sable. Le conflit est transposé du monde interne de l’enfant dans le monde extérieur et est rendu visible. Ce jeu de fantaisie influence la dynamique de l’inconscient de l’enfant, et en cela même, affecte son psychisme. 

Par ailleurs, les détails et la composition du scénario donnent au thérapeute une indication sur le chemin à suivre pour le traitement. Fréquemment, le scénario initial fournit des informations au sujet de la situation et contient, caché dans les symboles, l’objectif à atteindre. Dans ce processus, de nouvelles énergies conduisant à la formation d’un développement sain du « Moi » de l’enfant sont libérées.

N.B. Pour des raisons pratiques de propreté et d’hygiène, je n’utilise pas le sable, mais une grande feuille de dessin sur laquelle l’enfant dispose les figurines. De la même façon qu’avec le bac de sable, les dimensions de la feuille de dessin agissent comme un facteur régulateur et protecteur. Il est donc tout aussi intéressant d’observer les enfants qui « sortent du cadre » !

Adolescents

L’adolescence est une période déterminante pour la construction de l’identité. C’est l’âge de toutes les remises en question, ce qui rend les jeunes très vulnérables. C’est une période de changements intenses dans la sphère sociale, familiale, physique et affective. Un changement majeur se produit à cause des transformations corporelles. Du fait de ces modifications, l’adolescent se sent désorganisé, malhabile, peu attirant et perd contact avec ses propres aspirations par son manque de confiance en lui. L’enfance sécurisante doit être délaissée afin de gagner une place dans le monde des adultes. L’adolescent veut être autonome, mais il est toujours dépendant de ses parents, ce qui peut provoquer des conflits intrafamiliaux.

Au niveau sexuel, il doit définir son identité afin de pouvoir établir une pleine relation avec l’autre, ce qui lui fait vivre beaucoup d’anxiété, d’insécurité et de doute. Les choses sont encore plus complexes s’il trouve que sa sexualité est un tant soit peu marginale.

Ainsi, l’adolescence se situe à l’intersection du corporel, du psychologique et du social, période de transition et de restructuration qui se présente sous forme de crise. Les drames qui surgissent durant cette période ont ceci de particulier qu’ils ne peuvent être mis en mots et se caractérisent parfois par des passages à l’acte. Les adolescents, souvent, ne peuvent être demandeurs d’une aide, et c’est l’entourage qui émet cet appel au secours à leur place.

La séance avec les adolescents va se dérouler plus ou moins selon le même principe qu’avec les enfants, mais nécessite de faire du « sur mesure » selon l’âge, le degré de maturité et la plus ou moins grande facilité de s’exprimer de l’adolescent. Ainsi, certaines séances peuvent être quasi identiques aux séances avec adultes alors que d’autres auront plus de points communs avec les séances pour enfants. Là encore, le point est fait régulièrement avec les parents, mais uniquement avec l’accord de l’adolescent, et avec ou sans sa présence selon son souhait. S’il ne désire pas être présent, le point est fait d’abord avec lui pour établir les messages qu’il désire éventuellement faire passer à ses parents ainsi que les éléments qu’il désire rester confidentiels.

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été créé grâce à Psychologue.fr

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.